N. Siron – Témoignage et vérité dans l’Athènes classique – 24 novembre 2021

Lors de la séance du 24 novembre séminaire “Voir, raconter, témoigner“, Nicolas Siron (Paris 1) présentera une communication intitulée “Témoignage et vérité : l’utilisation des dépositions dans les discours judiciaires de l’Athènes classique“.

Exemplier à télécharger

Les témoins sont le moyen de persuasion le plus souvent convoqué dans les discours conservés des orateurs attiques, avec quatre cents dépositions. Mais à quoi servent-ils exactement ? Analyser leur place et leur rôle dans l’argumentation des plaignants lors des procès permet d’éviter tout amalgame entre les fonctionnements judiciaires athénien et contemporain. Dans les affaires de l’Athènes classique, le témoin apparaît après la présentation par le plaignant du point discuté et des conclusions qu’il est possible d’en tirer : un témoignage n’apporte pas de connaissances nouvelles aux juges mais transforme l’allégation d’un orateur en fait attesté pour les juges, et donc utilisable dans la démonstration. Les témoins ne s’avèrent ainsi pas être ce qui rend possible la découverte d’une réalité ayant eu lieu à l’extérieur du tribunal, mais ce qui donne aux plaignants la possibilité de revendiquer un accès à cette réalité. Ils ne révèlent pas la vérité, mais donnent aux orateurs l’occasion de s’en réclamer.

La séance est prévue en hybride. La participation au séminaire en présentiel est libre, la participation à distance demande une inscription préalable auprès des organisateurs, à l’adresse atelier_rhetorique@fastmail.fr.

S. Cahanier: Témoigner des combats et de la victoire – 24 novembre 2021

Lors de la séance du 24 novembre séminaire “Voir, raconter, témoigner“, Simon Cahanier présentera une communication intitulée “Témoigner des combats et de la victoire aux différentes étapes de la procédure triomphale d’après l’histoire livienne (201-166 av. J.‑C.)

Exemplier à télécharger.

Sous la République, chaque général romain en campagne était tenu de tenir informé le Sénat et le populus Romanus qui lui avaient conféré l’imperium de l’état de sa prouincia, notamment de la nature et de l’issue des opérations militaires entreprises. Il s’acquittait de cette obligation par l’intermédiaire de messagers et de lettres lues au cours des réunions de l’assemblée ; à son retour, le Sénat se rassemblait à nouveau pour entendre de la bouche même de l’imperator le compte-rendu de ses res gestae. En cas de victoire, lettres et discours permettaient au général d’anticiper la demande du triomphe en fournissant un témoignage propre à justifier l’accord de cet honneur et faisaient par conséquent l’objet d’une attention toute particulière de sa part. Celui-ci pouvait produire spontanément d’autres témoins, afin de confirmer et de renforcer sa version des faits, mais il devait aussi se défendre des voix concurrentes qui pouvaient s’élever pour remettre en cause sa véracité. Plusieurs épisodes permettent ainsi de mettre en lumière le développement, au cours de la première moitié du iie siècle av. J.‑C., de pratiques testimoniales originales destinées à renforcer l’autorité du témoignage du général.

Les sources antiques sont particulièrement avares de détails sur les modalités de la procédure de reddition de compte, les mécanismes probatoires par lesquels le général faisait valider par le Sénat sa version des faits, le statut et le rôle des témoins auditionnés tout comme sur le contenu de leur témoignage. L’objectif de cette communication est ainsi de reconstituer, à partir de l’analyse des livres 31-45 de l’Ab Vrbe Condita de Tite-Live, les étapes et les conditions de cette procédure et de questionner le statut et la valeur des témoignages produits dans ce contexte. Au-delà de la reconstitution du cadre institutionnel, il s’agira d’étudier plus spécifiquement, à travers quelques cas particuliers, comment les généraux victorieux intègrent l’audition de témoins dans les stratégies qu’ils mettent en place afin d’obtenir le triomphe.

La séance est prévue en hybride. La participation au séminaire en présentiel est libre, la participation à distance demande une inscription préalable auprès des organisateurs, à l’adresse atelier_rhetorique@fastmail.fr.

Séance du 24 novembre

La deuxième séance du séminaire “Voir, raconter, témoigner : pratiques et représentations du témoignage dans le monde gréco-latin” se tiendra le mercredi 24 novembre, de 16h à 18h, à la Maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente 75006 Paris) en salle D513.

Programme

La séance est prévue en hybride. La participation au séminaire en présentiel est libre, la participation à distance demande une inscription préalable auprès des organisateurs, à l’adresse atelier_rhetorique@fastmail.fr.

Le procès de Milon, ses récits et ses témoins

La première séance du séminaire “Voir, raconter, témoigner : pratiques et représentations du témoignage dans le monde gréco-latin” se tiendra le mercredi 22 septembre, de 16h à 18h, à la Maison de la recherche de Sorbonne Université (28 rue Serpente 75006 Paris) en salle D513.

La séance est prévue en hybride. La participation au séminaire en présentiel est libre, la participation à distance demande une inscription préalable auprès des organisateurs, à l’adresse atelier_rhetorique@fastmail.fr.

Programme:

  • Charles Guérin (SU) & Marie-Pierre Noël (SU) : présentation du séminaire
  • Charles Guérin (SU) : Le procès de Milon, ses récits et ses témoins
À partir des textes de Cicéron et d’Asconius, la communication portera sur la construction du récit judiciaire, la place procédurale des témoins et le fonctionnement argumentatif du témoignage dans le cadre du procès de Milon (de ui, 52 aC) et de l’application la lex Pompeia de ui.
 

Textes supports (Asconius, Cicéron) pour la séance du 22 / 09.

Programme général du séminaire

Programme du séminaire “Pratiques et représentations du témoignage dans le monde gréco-latin”

Voir, raconter, témoigner : pratiques et représentations du témoignage dans le monde gréco-latin

Dans un monde antique où la preuve matérielle n’occupe pas une place centrale, les témoins et leurs témoignages sont au fondement des pratiques de véridiction. Dès lors qu’il s’agit d’établir un fait, que ce soit au tribunal, dans l’espace politique, en histoire ou dans l’étude des phénomènes naturels, le premier recours possible est l’audition de ceux qui disent avoir vu.

La pratique testimoniale est très dépendante du contexte culturel dans lequel elle s’inscrit et se trouve régie par des règles et des attentes historiquement déterminées : pour comprendre le témoignage antique, il est bien sûr impossible de projeter nos usages et nos réflexes modernes. L’étude du témoignage ne peut donc se passer d’une « archéologie des savoirs ».

Or, s’il existe sur le sujet une littérature théorique importante, relevant effectivement de l’épistémologie (voir récemment Gelfert 2014, Shieber 2015, Reynolds 2017), il n’existe pas à ce jour d’histoire générale des usages et des représentations du témoin ou du témoignage dans l’antiquité, même si le témoignage judiciaire (Steck 2009, Guérin 2015, Siron 2020) et le témoignage scientifique (Lehoux 2012, König 2017) retiennent depuis quelques années l’attention des antiquisants.

Pour comprendre en quoi consiste l’acte testimonial dans l’antiquité, il est nécessaire d’aborder le phénomène sous trois angles complémentaires. L’un, proprement historique, doit porter sur les pratiques et les contextes dans leur dimension la plus concrète. Un deuxième angle est celui des représentations, et doit s’interroger sur les différents critères d’évaluation de la vérité et leur évolution. Enfin, un dernier angle proprement philologique s’impose, pour prendre en compte les distorsions et les silences que les textes dont nous disposons ont imposés aux pratiques antiques du témoignage.

L’Atelier rhétorique de Sorbonne Université se propose d’aborder ces réalités antiques et ces enjeux méthodologiques par une série de rencontres qui associeront hellénistes et latinistes sur un ensemble de cas concrets, et qui élargiront l’approche, à partir du fondement que représente l’histoire de la rhétorique et des institutions, à l’ensemble des contextes gréco-latins.

Les séances du séminaire se tiendront en hybride (salle D513 Maison de la recherche de Sorbonne Université, 28 rue Serpente 75006 Paris) et par Zoom.

Programme des séances

Mercredi 22 septembre 202116h-18h

  • Charles Guérin (SU) & Marie-Pierre Noël (SU) : présentation du séminaire
  • Charles Guérin (SU) : Le procès de Milon, ses récits et ses témoins

Mercredi 24 novembre 202116h-18h

  • Simon Cahanier (Lyon 3) : Témoins et témoignages des guerres d’Espagne (titre provisoire)
  • Nicolas Siron (Paris 1) : Témoignage et vérité : l’utilisation des dépositions dans les discours judiciaires de l’Athènes classique

Mercedi 23 mars 202216h-18h

  • Romain Loriol (Lyon 3) : Le témoin face au divin
  • Sébastien Morlet (SU) : La preuve scripturaire comme témoignage dans les textes patristiques grecs (2e – 5e s.)

Mercredi 18 mai 202216h-18h

  • Louis Autin (SU) : Rumeurs et témoins chez les historiens latins (titre provisoire)
  • Pierre Pontier (SU) : Preuves, témoignages et causalité dans l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse de Thucydide

Jean-Léon Jérôme, Diogène, 1860

Des Cyniques à Rome ?

Pour une première approche du cynisme de la République au début de l’Empire

Colloque international en ligne, du 03 juin. 2021 au 04 juin. 2021, 9h – 18h

Organisation:

Charles Guérin – Sorbonne Université (EDITTA – ISAntiq)

Jordi PiaUniversité Paris 3 Sorbonne Nouvelle (CERAM) – IUF

Le cynisme est une philosophie qui s’étend en Grèce, à Rome et à Alexandrie pendant près de 10 siècles, depuis son apparition à Athènes, au début de la période hellénistique, jusqu’au 5e siècle après J.-C. Si encore au 19e siècle Hegel ne voit dans le cynisme qu’un mouvement marginal de l’histoire de la philosophie antique sans intérêt doctrinal, aujourd’hui, en revanche, depuis, notamment, l’ouvrage de D. R. Dudley, nombreux sont les philosophes et les savants qui considèrent ce mouvement comme une philosophie qu’il faut prendre au sérieux.

 

Jean-Léon Jérôme, Diogène, 1860
Jean-Léon Jérôme, Diogène, 1860. Walters Art Museum, domaine public.

Or, si les Antiquisants se sont principalement intéressés aux deux périodes fastes du cynisme grec : la période hellénistique, de Diogène à Télès, et l’époque impériale tardive, rares sont encore les études consacrées au cynisme à Rome, de la République au début de l’Empire. Il est vrai que nous ne disposons pas d’écrits cyniques et qu’il faut attendre la moitié du premier siècle après J.-C. pour qu’émerge la première figure du cynisme romain : Démétrius. Tout porterait alors à croire que le cynisme est resté très marginal à Rome.

Pourtant, cette impression est rapidement contredite par les témoignages de Varron, Horace et Pétrone qui imitent Ménippe ou Bion. Bien plus, au premier siècle après J.-C., les plus grands représentants du stoïcisme romain : Sénèque, Musonius Rufus et Epictète, érigent en modèles de vertu Diogène et Démétrius. Le présent colloque se propose ainsi de réinterroger l’idée selon laquelle le cynisme à Rome n’aurait été qu’une simple parenthèse. Il aura pour vocation d’offrir la première étude générale sur le sujet. Peut-on parler d’« influences » cyniques dans les mutations littéraires, politiques, sociales et morales que connaît Rome à la fin de la République et au début de l’Empire ? Existe-t-il un cynisme, des cynismes, des cyniques « romains » ? Et dans quelle mesure le cynique a-t-il représenté la figure de l’autre ?

Pour tenter d’apporter une première réponse à ces questions, nous adopterons des approches philosophique, littéraire, politique et sociologique du problème. Par exemple, on évaluera les influences possibles des écrits et postures cyniques dans la comédie, la satire, la satire ménippée ou le genre de la diatribe. On s’interrogera aussi sur la valeur positive ou négative de la figure cynique que lui attribuent les écrivains et les philosophes romains. On essaiera enfin de comprendre quel rôle social et politique pouvaient jouer les Cyniques dans une période marquée par des crises institutionnelles répétées et par l’oppression du pouvoir princier.

Contactez les organisateurs pour obtenir le lien de connexion.

Programme :

Jeudi 3 juin

Matin

Les idéaux cyniques : évolution et réception à Rome

  • Marie Odile Goulet-Cazé – Histoire d’une définition: le cynisme comme raccourci vers le bonheur
  • Pedro Pablo Fuentes González – Arrien de Nicomédie : un regard romain sur le cynisme
  • Juan Luis Lopez Cruces et Javier Daroca – La communauté cynique à l’époque républicaine à travers les Lettres

Après-midi

Cynisme, cyniques et création littéraire

  • Donatella Izzo – Les Cyniques chez Plaute
  • Bénédicte Delignon – Diogène et Bion dans les Satires et les Épîtres d’Horace: deux modalités de réception du cynisme au début du Principat 
  • Gernot Michael Müller – Le cynisme comme sapientia Romana. Aspects cyniques dans les réflexions  philosophiques chez Horace et leur implications culturelles
  • Olimar Flores – Lucien, Démonax et le cynisme

Vendredi 4 juin

Matin

Modèles et contre-modèles

  • Suzanne Husson – Le cynisme au Sénat : Marcus Favonius Ἁπλοκύων ou ψευδοκύων ? (Plutarque, Brutus, 34)
  • Sabine Luciani – Sub palliolo sordido sapientia. Cicéron et la tradition cynique
  • Mélanie Luciano – Socrate, un modèle cynique pour Rome ?
  • Francesca Romana Berno – Fascination and Limits of Excess: Demetrius in Seneca

Après-midi

Cynisme, cyniques et écoles philosophiques

  • Valéry Laurand – Musonius était-il un Cynique?
  • Isabelle Chouinard – La réception du cynisme chez Sénèque
  • Gretchen Reydams-Schills – Cynics in Musonius Rufus and the Roman Stoics 
  • Margaret Graver – Cynic apatheia in Rome

 

L’Atelier rhétorique

Ce carnet accompagne les travaux de l’Atelier de rhétorique ancienne de Sorbonne Université.

L’Atelier de rhétorique ancienne est conçu comme un espace de rencontre visant à favoriser la recherche collective dans le domaine de l’histoire de la rhétorique ancienne (en particulier gréco-romaine) dans ses aspects philologiques, doctrinaux, culturels et institutionnels. Il est soutenu par l’Initiative Antiquité (ISAntiq) de Sorbonne Université, au sein de l’École Doctorale « Mondes anciens et médiévaux » et de l’équipe EDITTA EA 1491,

L’Atelier de rhétorique ancienne a également pour objectif de mettre en relation les objets et les outils rhétoriques (doctrines, corpus, pratiques pédagogiques) avec les autres domaines de spécialité des études anciennes, en particulier l’histoire des institutions, l’histoire du droit, l’histoire de la littérature et l’histoire de la philosophie. Son ambition est de donner aux doctrines rhétoriques anciennes leur plein statut d’opérateur d’analyse transversaux.

L’Atelier de rhétorique ancienne se décline en trois volets :

  • un séminaire de recherche bimensuel consacré, en 2021-2022 aux usages de la preuve testimoniale dans le monde gréco-romain.
  • un atelier philologique et lexical récurrent proposant une approche technique de différents aspects de la doctrine rhétorique, destiné en particulier aux doctorants.
  • l’organisation d’événements scientifiques en lien avec l’histoire de la rhétorique gréco-romaine.

Charles Guérin – Sorbonne Université – Institut d’études latines – EDITTA / HISOMA

Marie-Pierre Noël – Sorbonne Université – Institut d’études grecques – EDITTA