Jean-Léon Jérôme, Diogène, 1860

Des Cyniques à Rome ?

Pour une première approche du cynisme de la République au début de l’Empire

Colloque international en ligne, du 03 juin. 2021 au 04 juin. 2021, 9h – 18h

Organisation:

Charles Guérin – Sorbonne Université (EDITTA – ISAntiq)

Jordi PiaUniversité Paris 3 Sorbonne Nouvelle (CERAM) – IUF

Le cynisme est une philosophie qui s’étend en Grèce, à Rome et à Alexandrie pendant près de 10 siècles, depuis son apparition à Athènes, au début de la période hellénistique, jusqu’au 5e siècle après J.-C. Si encore au 19e siècle Hegel ne voit dans le cynisme qu’un mouvement marginal de l’histoire de la philosophie antique sans intérêt doctrinal, aujourd’hui, en revanche, depuis, notamment, l’ouvrage de D. R. Dudley, nombreux sont les philosophes et les savants qui considèrent ce mouvement comme une philosophie qu’il faut prendre au sérieux.

 

Jean-Léon Jérôme, Diogène, 1860
Jean-Léon Jérôme, Diogène, 1860. Walters Art Museum, domaine public.

Or, si les Antiquisants se sont principalement intéressés aux deux périodes fastes du cynisme grec : la période hellénistique, de Diogène à Télès, et l’époque impériale tardive, rares sont encore les études consacrées au cynisme à Rome, de la République au début de l’Empire. Il est vrai que nous ne disposons pas d’écrits cyniques et qu’il faut attendre la moitié du premier siècle après J.-C. pour qu’émerge la première figure du cynisme romain : Démétrius. Tout porterait alors à croire que le cynisme est resté très marginal à Rome.

Pourtant, cette impression est rapidement contredite par les témoignages de Varron, Horace et Pétrone qui imitent Ménippe ou Bion. Bien plus, au premier siècle après J.-C., les plus grands représentants du stoïcisme romain : Sénèque, Musonius Rufus et Epictète, érigent en modèles de vertu Diogène et Démétrius. Le présent colloque se propose ainsi de réinterroger l’idée selon laquelle le cynisme à Rome n’aurait été qu’une simple parenthèse. Il aura pour vocation d’offrir la première étude générale sur le sujet. Peut-on parler d’« influences » cyniques dans les mutations littéraires, politiques, sociales et morales que connaît Rome à la fin de la République et au début de l’Empire ? Existe-t-il un cynisme, des cynismes, des cyniques « romains » ? Et dans quelle mesure le cynique a-t-il représenté la figure de l’autre ?

Pour tenter d’apporter une première réponse à ces questions, nous adopterons des approches philosophique, littéraire, politique et sociologique du problème. Par exemple, on évaluera les influences possibles des écrits et postures cyniques dans la comédie, la satire, la satire ménippée ou le genre de la diatribe. On s’interrogera aussi sur la valeur positive ou négative de la figure cynique que lui attribuent les écrivains et les philosophes romains. On essaiera enfin de comprendre quel rôle social et politique pouvaient jouer les Cyniques dans une période marquée par des crises institutionnelles répétées et par l’oppression du pouvoir princier.

Contactez les organisateurs pour obtenir le lien de connexion.

Programme :

Jeudi 3 juin

Matin

Les idéaux cyniques : évolution et réception à Rome

  • Marie Odile Goulet-Cazé – Histoire d’une définition: le cynisme comme raccourci vers le bonheur
  • Pedro Pablo Fuentes González – Arrien de Nicomédie : un regard romain sur le cynisme
  • Juan Luis Lopez Cruces et Javier Daroca – La communauté cynique à l’époque républicaine à travers les Lettres

Après-midi

Cynisme, cyniques et création littéraire

  • Donatella Izzo – Les Cyniques chez Plaute
  • Bénédicte Delignon – Diogène et Bion dans les Satires et les Épîtres d’Horace: deux modalités de réception du cynisme au début du Principat 
  • Gernot Michael Müller – Le cynisme comme sapientia Romana. Aspects cyniques dans les réflexions  philosophiques chez Horace et leur implications culturelles
  • Olimar Flores – Lucien, Démonax et le cynisme

Vendredi 4 juin

Matin

Modèles et contre-modèles

  • Suzanne Husson – Le cynisme au Sénat : Marcus Favonius Ἁπλοκύων ou ψευδοκύων ? (Plutarque, Brutus, 34)
  • Sabine Luciani – Sub palliolo sordido sapientia. Cicéron et la tradition cynique
  • Mélanie Luciano – Socrate, un modèle cynique pour Rome ?
  • Francesca Romana Berno – Fascination and Limits of Excess: Demetrius in Seneca

Après-midi

Cynisme, cyniques et écoles philosophiques

  • Valéry Laurand – Musonius était-il un Cynique?
  • Isabelle Chouinard – La réception du cynisme chez Sénèque
  • Gretchen Reydams-Schills – Cynics in Musonius Rufus and the Roman Stoics 
  • Margaret Graver – Cynic apatheia in Rome

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.